mercredi, 16 janvier 2019

Patrimoine et Pedagogie

Collège Saint-Michel de Gosselies

04 LETTRES DU PATRIMOINE

llp logo

1. la lettre du patrimoine n°15 juillet-aout-septembre 2009

La pédagogie et le patrimoine: un mariage d'amour et de raisons.

Des élèves face à un choix d'une (ré)orientation scolaire, quelques vieux débris de pierre enfouis sous un couvert végétal... et des enseignants convaincus du rapport pouvant les réunir. Des ailes et des racines... une formule déjà citée bien souvent et trouvant tout son sens dans un projet d'école porté sur quatre années au Collège Saint-Michel de Gosselies où est dispensé un enseignement général, certes, mais ouvert, par cette approche innovante, sur les perspectives des métiers techniques et artistiques liés à la conservation et la revalorisation de l'art et du patrimoine bâti!

Une première semaine de stage à la Paix-Dieu, en 2008, a éveillé la curiosité des enseignants dans leur désir d'associer des élèves à cet objectif.

Par une pédagogie différenciée avec les élèves de deuxième année complémentaire (14-15 ans), il s'agit de les conscientiser à ces métiers par une ouverture d'esprit particulière afin de travailler leur projet personnel. Par quel moyen ? Par l'accompagnement de la restauration d'une ancienne statue de style renaissance d'un saint Michel et de son dragon, actuellement en trois parties cassées (ailes, bras et lance étant à recréer) et la réalisation d'un socle en harmonie avec elle.

Initier ces jeunes à la pratique du travail artisanal, proche du compagnonnage, est un réel défi. Pour y parvenir, un large partenariat est mis sur pied. Le caractère innovant de ce projet, la motivation des enseignants et l'enthousiasme des élèves ont vite convaincus des partenaires à rejoindre notre école comme lieu de questionnement et de réflexion: le Musée Royal de Mariemont pour les conseils de préservation et de mise en valeur par le socle; un artisan tailleur de pierre pour la réalisation avec les élèves du socle; un artisan sculpteur en restauration pour le travail sur la statue et le centre de perfectionnement aux métiers du patrimoine de la Paix-Dieu à Amay pour la sensibilisation au patrimoine architectural et la réalisation concrète du socle lors des stages annuels.

La Fondation Roi Baudouin, pour sa partie comptes de projet, s'est associée à nous.

Une riche collaboration s'est ouverte. Quatre années scolaires à vivre passionnément et un archange retrouvé dans toute sa superbe ? Rendez-vous en 2012 lors de son inauguration!

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

2. la lettre du patrimoine n° 18 avril-mai-juin 2010

La pédagogie et le patrimoine: un mariage d'amour et de raisons
(suite de l'article paru dans la lettre du patrimoine n°15 juillet 2009)

Accompagner une douzaine d'élèves de 2e année complémentaire (14-15 ans) de l'enseignement général auprès d'un artisan sculpteur en restauration pour faire renaître son sourire d'antan au visage de notre saint Michel, statue fin XVIIe s. pierre calcaire oolithique de style romano-renaissance...
Les guider avec les bons conseils d'une artisan tailleur de pierre pour la création du socle...
S'imprégner des notions théoriques avec le soutien du service pédagogique du Musée de Mariemont (l'iconographie de saint Michel, les styles architecturaux, la statuaire, le socle et son historique, la conservation, la restauration et la préservation)...
Se sensibiliser aux notions du patrimoine lors d'un stage au Centre de Formation aux Métiers du Patrimoine (classe d'éveil à la Paix-Dieu) et se mettre concrètement dans la peau du tailleur de pierre pour la réalisation du socle...
Dynamiser une équipe de professeurs pour l'encadrement en classe et l'intégration du projet au travers des différentes disciplines scolaires...
Rêver de ce jour d'inauguration où, par ses ailes et ses bras (son sourire aussi) retrouvés, notre saint Michel sera la fierté de toute une composante scolaire...

Voilà en partie ce qui nous anime au Collège Saint-Michel de Gosselies!

Un projet qui semblait utopique au départ, démarré ensuite au quart de tour grâce au soutien et aux bons conseils de nos partenaires cités ci-dessus et renforcé par la Fondation Roi Baudouin (comptes à projets) et l'Agence de Stimulation Économique qui subventionne le projet dans le cadre du programme wallon Esprit d'Entreprendre développé grâce au Plan Marshall2.Vert. Nous voici bientôt au terme de notre seconde année scolaire sur les quatre prévues pour le projet ou cinq peut-être ? Car tailler la pierre... eh oui, cela s'avère un peu plus résistant que prévu, même s'il s'agit de Tuffeau de la Loire.

Autant de générations d'élèves qui s'y intègrent(eront)!

Quel honneur pour nous tous de tutoyer ainsi ce monde merveilleux gravitant autour de toutes ces notions en rapport avec notre patrimoine architectural et artistique, quelle fierté aussi de partager cette expérience pédagogique avec tous ces professionnels! Un autre défi de taille pour nous: faire prendre conscience à nos jeunes collégiens, adultes de demain, qu'à travers cette expérience inoubliable, la préservation du patrimoine est comme un perpétuel passage de témoin dans une marche contre la course du temps.

Avec le plaisir réel de vous retrouver d'ici un an pour la suite de l'aventure.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

3. la lettre du patrimoine n° 22 avril-mai-juin 2011

Le patrimoine et la pédagogie: un mariage d'amour et de raisons
(suite des articles parus dans La Lettre du Patrimoine n°15, p.10 et n°18 p.12)

Enthousiasme, quand tu nous tiens !

Imprévus et surprises ne manquent pas. A chaque étape, son lot de questionnements, de découvertes, d'adaptations.

"Saint Michel et son dragon", un projet qui nous tient en haleine depuis 3 ans au Collège Saint-Michel de Gosselies.

Ce projet modulaire et évolutif associe "Patrimoine et Pédagogie" avec les élèves de deuxième année complémentaire. Cette année, un partenariat nouveau a vu le jour avec ceux de cinquième en parachèvement du bâtiment de l'école voisine: l'Insitut Sainte-Anne. Ces derniers entreprennent la préparation des fondations et autres aménagements divers du patio d'un bâtiment scolaire qui abritera l'oeuvre patrimoniale en question. Ils participeront en 2012 à un stage en même temps que nous à la Paix-Dieu pour apprendre les techniques particulières de maçonnerie inhérentes à notre cahier des charges.

Un projet qui se voit dès lors prolongé d'une année, avec une inauguration prévue maintenant pour avril/mai 2013. En effet, la taille de la pierre... même s'il s'agit de Tuffeau de la Loire... ça reste plus coriace qu'imaginé dans notre engouement du départ, surtout pour nos jeunes mains inexpérimentées.

Marie De Belder, artisan tailleur de pierre, encadre nos élèves lors du stage à la Paix-Dieu... et ils ont bien besoin de son cœur extraordinaire pour arriver à poursuivre la réalisation du socle en pierre qui prend tant de temps! Ce socle original, étudié en classe et lors d'animations au Musée Royal de Mariemont, mettra en valeur d'ici deux ans notre statue en pierre de saint Michel et son dragon en cours de restauration dans l'atelier de M.Jean-Marie Baup, artisan sculpteur en restauration.

Quelle belle aventure pour nous tous! Que de découvertes enrichissantes qui voient le jour grâce à cette large collaboration soutenue par la Fondation Roi Baudouin et l'Agence de Stimulation Economique.

A l'année prochaine pour l'épisode suivant de notre belle histoire!

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

4. la lettre du patrimoine n°27 juillet-août-septembre 2012

Le patrimoine et la pédagogie: un mariage d'amour et de raisons
(suite des articles parus dans « La Lettre du Patrimoine » n°22 p.14, n°18 p.12 et n°15 p.10)

Quatrième année et poursuite d'une belle série...

saint Michel arrive au terme de sa longue patience et son sourire prend forme tout doucement, au rythme de l'évolution du travail fait par nos élèves de 2e année complémentaire (les 2AS, c'est plus sympa!). Des élèves remarquables de motivation. Ils apportent, du haut de leur jeune adolescence, tout ce qu'ils ont de mieux pour faire aussi bien à tout le moins que leurs aînés des trois années précédentes.

Petit rappel... une ancienne statue d'un saint Michel et son dragon, presque disparue dans nos mémoires et retrouvée à temps pour devenir le centre d'un projet d'établissement scolaire d'enseignement général. Un artisan sculpteur en restauration qui lui façonne sa physionomie d'antan et un(e) autre artisan, tailleur de pierre, qui aide nos élèves à confectionner eux-même au centre de la Paix-Dieu son socle en pierre Tuffeau de la Loire.

Préalablement au stage annuel « Taille de la pierre » de ce mois de mars 2012, le Musée Royal de Mariemont a forgé nos jeunes caractères aux notions étranges de la « mytho-étymo-logie », de l'iconographie et la symbolique de saint Michel, de l'étude du socle et aussi de la conservation et de la restauration des œuvres d'art.

Quatrième année et revoir nos objectifs vers le haut ? Une nouvelle réalité!

Au-delà de notre approche socle/statue, notre réflexion s'est portée sur l'aménagement du patio dans un pavillon scolaire, futur lieu d'accueil de l’œuvre d'art. Nous avons imaginé, pour autant que nous puissions oser y prétendre, un socle aux dimensions proches de ce que les théoriciens de l'art appellent le « nombre d'or » ou la « divine proportion ». Dès lors, pourquoi ne pas nous lancer nous aussi au-delà de nos perspectives initiales ? En effet, nous retrouverons d'ici quelques mois un pavement fait de vieilles pierres bleues et en Noir de Mazy et assemblées de manière à, nous l'espérons, permettre d'obtenir harmonie et beauté en union avec saint Michel.

Aussi, nous nous préparons, avec nos nombreux partenaires, à entamer dès septembre prochain une année terminale qui verra son apothéose avec un saint Michel dévoilant alors sa superbe aux yeux de nos fiers élèves réunis. A moins que notre projet ne se voie prolonger jusqu'en 2014 tant le travail sur le socle dévoile toute son importance ? Ah, encore une réflexion supplémentaire à creuser !

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

5. la lettre du patrimoine n° 30 juillet-août-septembre 2013

"Mathémagiques et le nombre d’or"
(suite des articles parus dans « La Lettre du Patrimoine » n°27 p.13, n°22 p.14, n°18 p.12 et n°15 p.10)

2013, une fastueuse année pour le projet d’établissement scolaire "saint Michel et son dragon: Patrimoine et Pédagogie" conduit par les élèves de 2e complémentaire du Collège Saint-Michel de Gosselies. La statue de saint Michel a enfin retrouvé, après 4 années de restauration chez M.Baup, artisan sculpteur à Vilvorde, sa superbe d’antan, conséquence de l’usure du temps et des turbulences de l’histoire humaine. Un magnifique travail sur la pierre.

Cependant, il lui manquait encore son attribut militaire, à savoir l’arme fatale qui a terrassé le dragon, une lance maintenant disparue et déjà en triste état au vu des photos d’époque du Prieuré de Sart-les-Moines début XXe siècle.

Avec l’aide du Musée de Mariemont et du Centre de la Paix-Dieu, une longue réflexion s’est menée sur la forme et le matériau à valoriser pour réaliser cette nouvelle lance. C’est ainsi qu’en février dernier, nous nous sommes rendus en l’atelier de M.Bouvy, artisan ferronnier à Sainte-Cécile et magicien de la forge.

Excellent pédagogue, en quelques mots, M.Bouvy a séduit l’attention de tous. "Un artisan, c’est un intellectuel qui travaille avec ses mains", nous a-t-il dit avec fierté et émotion.

De sa forge et de ses mains de maître, nous avons vu se dessiner le profil de la pointe à partir de la matière brute; nous avons entendu résonner les coups de marteau sur l'enclume et la houille légèrement humide crépiter; nous avons humé les odeurs de la forge en activité, du fer rougi et de l'atelier en pleine effervescence; nous avons senti la chaleur du feu et du métal encore chaud sur nos paumes.

Sous peu, nous pourrons admirer cette nouvelle lance entre les mains délicatement reconstituées de la statue.

Mme De Belder, tailleur de pierre, poursuit, quant à elle, son entreprise méticuleuse, subtil ensemble de patience, de persévérance et de dévouement, avec les élèves pour la poursuite de la réalisation du socle en Tuffeau de la Loire. Un cinquième stage vient de se terminer à la Paix-Dieu dans la joie et dans la bonne humeur, avec aussi une saine fatigue blanchie de poussière de pierre. Dans un an, dernière étape avec la taille du dernier lit comprenant les créneaux qui seront une allusion à la tour millénaire de Gosselies figurant sur le logo de notre école.

Le socle accueillera notre saint Michel en septembre 2014 au centre du patio d’un pavillon scolaire restauré, lui aussi, pour la circonstance.

Cette approche finale du projet "saint Michel et son dragon: Patrimoine et Pédagogie" a ainsi permis au nouveau projet de cette année de voir le jour: "Mathémagiques et le nombre d’or" ou une manière de créer des ponts entre l’enseignement général et les enseignements professionnel, technique et artistique.

Concrètement, il s’agit d’aménager le patio avec un dallage fait d’anciennes pierres bleues et Noir de Mazy selon une forme choisie et vue en classe, en harmonie avec les proportions de l’ensemble socle et statue, par un hexagone inscrit dans un cercle formé de rectangles et de triangles intégrant la proportion du nombre d’or (ou divine proportion). Mesurages et niveaux sont à réaliser après étude en classe.

Notre partenariat avec l’école voisine l’Institut Sainte-Anne de Gosselies poursuit son cours. L’ISA a d’ailleurs ouvert cette année une 7e année en parachèvement du bâtiment, option maçonnerie, afin de nous rejoindre dans ce défi. Les élèves de nos deux implantations ont l'occasion de se côtoyer et de découvrir mutuellement les compétences de chacun. Ainsi, durant cette année scolaire et la prochaine, ils aborde(ro)nt le travail de dallage au sol ainsi que la maçonnerie du socle, une maçonnerie à l’ancienne, faite avec un mortier à base de chaux vive et selon une technique apprise à la Paix-Dieu en 2012.

Pour vous convaincre de cette immense richesse vécue à travers ces projets, imaginez les sourires et regards épanouis de nos jeunes... et pas seulement des leurs!, magnifiques impressions que nous ne pouvons retranscrire par ces quelques lignes.

Nous tenons également à remercier l’Agence de Stimulation Économique qui subventionne cette première année du projet "Mathémagiques et le nombre d’or" dans le cadre de son Programme Wallon Esprit d’Entreprendre.

A l’année prochaine pour la suite de cette belle aventure !

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

6. la lettre du patrimoine n° 2014

Samedi 27 septembre 2014 au Collège Saint-Michel: mobilisation autour d'une œuvre patrimoniale.

(suite des articles parus dans « La Lettre du Patrimoine » n°30 p.14, n°27 p.13, n°22 p.14, n°18 p.12 et n°15 p.10)

Une première au sein du Collège, un projet pédagogique innovant pour notre enseignement général!

Six années de préparation, d'attente, d'émotions diverses et enfin ce jour particulier du « RETOUR DE L'ARCHANGE MICHEL » !

Le voici enfin retrouvé, ce sourire sur le visage de saint Michel! Tout comme ceux communicatifs et épanouis des élèves qui se sont mobilisés avec les partenaires fréquentés.

En clôture des deux projets d'établissement 2008 - 2014 "saint Michel et son dragon: Patrimoine et Pédagogie" et "Mathémagiques et le nombre d'or", le dévoilement samedi 27 septembre 2014 de la statue restaurée de saint Michel, fièrement posée sur son socle réalisé au centre de la Paix-Dieu, aura marqué les esprits.

Toutes ces personnes réunies, parents, élèves, composantes scolaires, partenaires extérieurs, ont eu dans un premier temps l'occasion de s'imprégner des multiples activités et expériences rencontrées lors d'un parcours de six ateliers (Musée de Mariemont - Paix-Dieu - Statue - Convivialité - Mathémagiques et le nombre d'or - Patio) et de la découverte des six capsules informatiques réalisées par les élèves et disponibles sur notre site internet.

Ensuite, ce fut la découverte animée par une mise en scène (les formes au sol, géométriques et aux divines proportions) de la rénovation du patio, la statue étant encore sous son voile.

Enfin le moment sublime sur une chorégraphie musicale du dévoilement de saint Michel sur son socle. Quel spectacle! Quel partage d'émotions! Une salve d'applaudissements témoignant de l'émerveillement du moment.

Ce projet durable, espérons-le, témoignera dans l'avenir d'une collaboration entre élèves des enseignements professionnel et général sous l'égide d'acteurs du monde culturel, de l'enseignement et d'indépendants.

Le prétexte étant la restauration de la statue, notre objectif était la motivation et l'orientation scolaire d'élèves en difficultés avec les (maigres) moyens du bord. Très vite des enthousiasmes inattendus ont vu le jour et un élargissement s'est imposé: que faire de la statue restaurée et comment la mettre en valeur ?

Réponse imaginée avec la création d'un socle et le réaménagement par les élèves de l'école professionnelle voisine d'un patio quelque peu laissé à l'abandon. Ce dernier deviendra le lieu d’accueil des futures œuvres patrimoniales!

Premier partenaire, le centre de la Paix-Dieu a été le catalyseur de départ: idées, conception, concrétisation du socle. Second partenaire: le Musée de Mariemont représentait l'approche théorique sur les actes à poser en matière de restauration-rénovation du patrimoine.

Par aspiration et enthousiasme, deux nouveaux artisans ont remarquablement vite intégré le projet et apporté tout leur savoir professionnel sans oublier leurs profondes qualités humaines. Il s'agit du sculpteur en restauration qui a effectué la restauration de la statue et la tailleur de pierre qui a guidé les élèves (et professeurs) dans la réalisation du socle.

Ensuite, se sont ajoutés:

- l'école professionnelle voisine pour le réaménagement du patio et la maçonnerie à l'ancienne du socle;

- le ferronnier pour la réalisation de la lance en fer forgé;

- le marbrier pour les conseils et la fourniture des matériaux au sol.

Grâce à l'appui financier de mécènes (la Fondation Roi Baudouin, l'Agence de Stimulation Économique de la RW, la cellule Culture-Enseignement de la FWB et des dons individuels), des évolutions inattendues ont vu le jour d'année en année (six années au total alors que trois seulement étaient prévues au départ).

Au niveau pédagogique, un décloisonnement des cours, l'intégration du projet dans chaque matière et une adaptation des horaires ont nécessité des efforts et des choix.

L'intégration d'une équipe de professeurs, le soutien total du Pouvoir Organisateur, la mise sur pied d'un groupe porteur et d'un groupe pédagogique, la diffusion extra-collège du projet (le Segec, la presse) sont les premiers signes d'un impact positif interne au Collège.

En outre, une grande satisfaction est d'avoir pu associer dans un même projet la participation de la Région Wallonne et de la Fédération Wallonnie-Bruxelles avec pour conséquence positive: la concrétisation même d'un projet à part entière.

La réalisation et l'aboutissement de ces deux projets auront permis de porter un nouveau regard sur des élèves en difficultés et de développer leurs compétences personnelles sans doute encore trop imperceptibles à l'aube de leur adolescence.

Pendant 6 années, ce fut l'école « autrement »... sous le regard protecteur de saint Michel. Maintenant, celui-ci a retrouvé sa superbe d’antan et... nous rassemble à nouveau! Cela nous réchauffe le cœur, comme aussi ce formidable essor de notre établissement. Grâce à l'activité et l'implication du corps professoral, la rénovation et la modernisation des locaux, l'ouverture à de nouveaux concepts pédagogiques, une attention aux élèves plus fragiles est portée et laisse une trace dans notre paysage scolaire, comme un sillon ouvert à ensemencer de motivations dans le champ des apprentissages et de l'orientation.

Saint Michel a toujours veillé avec bienveillance sur sa « maison » et a eu le don de susciter des bénévoles à s'engager pour ses combats : « Quis ut deus ? »